jean-marc savary éditeur

HUIT SECONDES A MANHATTAN - Robert PICO

12,00 EUR
Ajouter au Panier
HUIT SECONDES A MANHATTAN - Robert PICOEXTRAIT :

Ainsi, je me sens en forme, mais je ne peux m’empêcher de penser à ces pauvres jumpers qui, le 11 septembre,au paroxysme de l’angoisse et de l’horreur absolue, se sont jetés du haut du World Trade Center. Au pied des tours, horrifiés par ce "spectacle” - d’une beauté terrifiante ! -, qui mimait la désespérance humaine, entraînant un effroi collectif, le souffle ultime d’un corps et ce qu’il contenait, les témoins de leur saut n’oublieront sans doute jamais le bruit diabolique du choc de leur corps qui s’écrasait sur le macadam comme une pastèque mûre. Et il est probable que beaucoup d’entre eux souffrent encore du syndrome dit "d’angoisse post-traumatique”…

On dit que, heurtant le sol à plus de deux-cent cinquante à l’heure, ces malheureux explosaient en cent mille morceaux, littéralement atomisés ; si bien que de minuscules fragments de chair et d’os étaient projetés à une vitesse et une force inimaginables sur les gens qui se trouvaient à proximité, s’incrustant dans leur corps, les transformant en mosaïque de réincarnation des morts et formant des grosseurs organiques qui,quelques jours plus tard, finissaient par pourrir et éclater.

Horrible ! Afff-fffreux ! Hallucinant !

Ce jour-là, où deux avions ordinaires obéissant à des barbares ont piqué le cul de l’Amérique, l’image diffusée en boucle à la télévision a su déjouer tous nos mécanismes de défense.

Ce maudit mardi matin, en prenant conscience de ce putain de drame, j’avais dit à ma femme: … This ain’t no silver streak ! C’est pas le coup de chance.

"Une fiction ébouriffante et déjantée, récit live d’un type qui - en sautant du haut du RCA building, dictaphone accroché à son cou -, dresse en 8 secondes et quelque 100 pages le portrait saisissant d’une génération du vide et du mortel ennui, désinvolte et cynique, véritable désincarnation du « rêve américain ».On pense parfois à Céline et, surtout, à Bret Easton Ellis. Un grand livre : visuel, métaphorique, cinglant. Complètement dingue !"
      
Woody McPherson,

du« New York Morning News »
     
"Ce livre est grand par le style, profond par la philosophie des réflexions du narrateur, drôle par la forme du discours et l'humour noir qui s'en dégage. L'ennui n'est pas de mise dans cet ouvrage surprenant et bien écrit. Du talent à l'état pur, tout simplement."

Sophie Sendra


BSC NEWS.FR